Trémières, et autres fleurs

Mais pourquoi avais-je abandonné mon sampler de Passion des Croix ? La grille est superbe et la toile très agréable à travailler…

.

Quand je feuillette les pages de mon blog, je vois qu’à l’époque j’avais abandonné mes passeroses pour une demoiselle coquelicot de Chibi Stitches. Mignonne, mais beaucoup moins belle que le sampler pourtant !

🌸 Oh la jolie passerose que je n’ai pas dans mon jardin ! 🌸

.

Cette année, nous avons beaucoup moins de fleurs que l’an dernier. La pelouse est grillée de chez grillé. Nous avons vidé une cuve de mille litres de récupération des eaux de pluie pour sauver le potager. La pluie, nous l’attendons chaque jour en vain.

.

Même s’il y fait une chaleur à crever, notre secteur est épargné par les incendies qui cette année sont particulièrement violents. On voit à la télévision les hectares de pinède où de garrigue réduits à néant, et le pire est de savoir que c’est parfois la main de l’homme qui a volontairement provoqué ces désastres.

.

Avant de partir, une petite photo de mon Museum Celle Sampler 1826 encadré !

Trop beau !

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

Sampler Trémières

Maintenant que mon Museum Celle Sampler 1826 est presque encadré, je me consacre à un nouvel oublié. Non, je n’ai pas encore ressorti un de mes ”monuments”, comme disent les brodeuses en parlant d’ouvrages de très grande taille.

J’ai repris un sampler fleuri de Passion des Croix de 2014 : de la toile aïda 8, des belles lettres et surtout des roses Trémières et le parfum de l’île de Ré en mémoire… ce devrait être l’ouvrage qui me consolera de ne plus avoir de passeroses au jardin : elles n’ont pas résisté à l’hiver.

.

.

Ce soir, la canicule semble plus supportable. Quelques nuages et un peu de vent me donnent du courage pour mettre le nez dehors.

J’attrape Rollator par les cornes. C’est parti mon vieux ! Tu vas être l’ombre de moi-même pour le reste de mes jours. C’est ce soir que l’aventure commence.

Quel bonheur de pouvoir faire quelques pas dehors, et surtout pouvoir m’arrêter quand j’en ai besoin, sans le stress de trouver un endroit où poser mon auguste et imposant popotin.

A cause de la chaleur et de la sécheresse, les fleurs sont moins abondantes que les autres années. Mais les glaïeuls et le pied de tournesol me comblent déjà.

.

Pendant ce temps, le soleil s’amuse avec les nuages. Il fera bientôt nuit.

.

.

Il est temps de rentrer. Je retrouve mon canapé ; à chaque fin de journée, je prends plaisir à regarder les dernières photos des petits que j’ai reçues.

Pour Clarisse, les vacances, c’est la mer, plage et baignades en faisant attention aux méduses. Augustin va aller passer la journée au parc Terra Botanica. Quant à Gaspard, peu importe l’endroit où il se trouve, le bonheur ça se mange !

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Museum Celle – Sampler 1826 🎆 FINI ! 🎆

BIM BAM BOUM !

Mon 14 juillet, mon feu d’artifice… j’ai fini le sampler 1826 que j’avais commencé (et abandonné) en 2008.

.

Il a dormi quatorze ans dans sa pochette (sans prendre une ride) pour en ressortir en mai dernier.

Je crois que mon compagnon de douleur des trois derniers mois va me manquer. J’ai aimé les rendez-vous quasi quotidiens avec mon ouvrage. Pour quelques minutes ou plusieurs heures, ils me permettaient d’oublier un peu mon état, et surtout me rendaient fière des progrès accomplis.

Allez, je vous offre la grille, celle que j’ai coloriée au fur et à mesure de mon avancée. Chaque jour, je changeais de couleur.

.

.

J’ai déjà ressorti un autre ouvrage à finir, un petit jeune de 2014. Des fleurs que j’adore… À suivre !

.

.

Nous ne reverrons pas les petits avant le mois d’Août. Clarisse et Véronique sont parties à la mer. Augustin est chez ses autres grands-parents qui habitent en Vendée depuis quelques temps. La chaaannnnce ! Gaspard est resté chez lui avec ses parents. Et tout ce petit monde se retrouvera ici dans trois semaines.

.

D’ici là, je vais apprendre à apprivoiser mon nouveau compagnion d’infortune. Il s’appelle Rollator et va m’aider à reprendre confiance et autonomie, en ménageant mes articulations.

.

Ce n’est pas très sexy. Mais je l’accueille avec bonheur s’il me permet de refaire des petits tours de jardin en toute liberté. Il sera un outil parfait, équipé d’un panier pour mon téléphone, mon appareil photo (et mon rouge à lèvres !) et d’un siège solide et confortable pour reposer ma carcasse au gré de ses besoins.

Le jardin est beaucoup moins beau que les autres années ; trop chaud et trop sec après un hiver long et rigoureux qui a fait crever mes passeroses et la lavande. Nous espérons la floraison des zinnias, glaïeuls et autres cosmos, et surtout un peu plus de succès du côté du potager.

On se quitte avec un petit défi que m’a lancé Clarisse,

.

et les anges coquins de mon sampler.

.

A bientôt,

Catherine

Publié dans | Tagué , , | 10 commentaires

Museum Celle – Sampler 1826

Vous avez vu comme deux semaines passent vite… quand on regarde en arrière ? Et pourtant ces deux semaines ont été faites de quatorze jours qui m’ont souvent semblé bien longs.

.

J’aimerais danser comme ma petite Clarisse pour dire combien je suis contente de mon avancée sur mon Sampler 1826 ! Malheureusement, mes articulations ne sont pas souples comme les siennes et chaque mouvement est une torture. Alors que je n’ai jamais réussi à avoir de tendinite pour cause de broderie ou de tricot trop intense, je me retrouve avec une ”béquille-elbow” au coude droit !

.

🌻 🌹 🌻 🌹 🌻

.

A côté de la broderie et de mes bobos quotidiens, il y a la vie qui défile à toute vitesse.

Les cardons et les artichauts nous ont donné de superbes fleurs qui ont compensé la déception des lys qui sont cette année d’une mocheté rare (et inexpliquée).

.

.

Mais comme ils sont moches ces lys !

.

Les facéties de notre chien ou des couchers de soleil flamboyants, voilà qui ponctue les jours que nous commençons à décompter : en août, nous allons avoir nos angevins pendant une semaine !

.

🌻 🌹 🌻 🌹 🌻

.

Dans combien de temps la prochaine fois ? Aurai-je terminé mon Sampler 1826 ? La guerre en Ukraine sera-t-elle enfin finie ? Le Covid-19 va-t-il une fois de plus s’installer en France au risque de gâcher l’été ? Trouverons-nous à nouveau de la moutarde dans les magasins ?

Que sera sera !

A bientôt,

Catherine

.

PS : les observateurs auront noté que ce billet est quasiment le même que le précédent ! Ce n’est pas un manque d’imagination : c’est juste que notre vie de retraités est un long fleuve tranquille !

Publié dans | Tagué , , | 5 commentaires

Museum Celle – Sampler 1826

Vous avez vu comme trois semaines passent vite… quand on regarde en arrière ? Et pourtant ces trois semaines ont été faites de vingt-et-un jours qui m’ont souvent semblé bien longs.

.

Comme j’aimerais danser comme mon petit bonhomme en bois pour dire combien je suis contente de mon avancée sur mon Sampler 1826 ! Malheureusement, mes articulations ne sont pas élastiques comme les siennes.

.

🌻 🌹 🌻 🌹 🌻

.

A côté de la broderie et de mes bobos quotidiens, il y a la vie qui défile à toute vitesse. Nous avons fêté nos quarante-trois ans de mariage (en fait, nous ne les avons pas fêtés !) , notre petit Augustin a eu quatre ans, le jardin a fleuri, Gaspard à décidé de ne toujours pas marcher, les œufs des oiseaux ont éclos, Clarisse a passé pas mal de temps avec nous, …

.

Dans combien de temps la prochaine fois ? Aurai-je terminé mon Sampler 1826 ? La guerre en Ukraine sera-t-elle enfin finie ? Aurons-nous un nouveau premier ministre ? Trouverons-nous à nouveau de la moutarde dans les magasins ?

Que sera sera !

A bientôt,

Catherine

Publié dans | Tagué , , | 4 commentaires

Clic-clac…

c’est dans la boîte 📱📷

Que ce soit mon téléphone ou mon petit Canon Powershot SX620HS, l’appareil photo est un prolongement de mon bras. Pas question que je mette le nez dehors sans ma boîte à images.

En ce moment, le nez je ne le mets pas beaucoup dehors. Je ne vais de toute façon pas plus loin que les bancs adossés aux murs de la maison, côté cour comme côté jardin. Je vis au rythme de mes prises d’anti-douleur et leurs effets secondaires, le plus compliqué à gérer étant la somnolence. Matin, sieste. Après-midi sieste. Évidemment, les nuits sont compliquées entre douleur et pas trop envie de dormir.

Heureusement donc, j’ai ma broderie et mes photos pour me redonner le moral.

J’avance un peu comme une tortue sur mon Sampler 1826. Il m’aura fallu trois jours pour broder cette rosace bicolore. Mon aiguille turbo est en panne, je brode désormais comme un escargot !

.

💗 🤎 💛 🤎 💗

.

Mes sujets préférés sont Clarisse, les fleurs et les oiseaux.

Le jardin m’offre chaque jour des nouveautés grâce aux bons soins de Jacques. Quant à ma princesse, elle se prête volontiers aux séances de pose, dévoilant un large sourire à trous.

Et puis bien sûr, il y a mon petit compagnon poilu. Il me fausse de temps en temps compagnie pour suivre Jacques, ou aller fouiner dans le jardin. Mais le plus clair de ses journées, il le passe près de moi (parfois sur moi !) Sa présence même un peu encombrante est des plus consolantes.

.

💗 🤎 💛 🤎 💗

.

Augustin et Gaspard, mes deux petits bonshommes, sont loin et me manquent beaucoup. Par bonheur, Frédéric est lui-aussi équipé d’un bras armé d’un appareil photo, et il me fait profiter de leurs moments heureux sous la douceur angevine.

.

💗 🤎 💛 🤎 💗

.

Voilà. Tomorrow is another day… Je garde toujours l’espoir que chaque jour sera plus doux que la veille.

A bientôt

Catherine

Publié dans | Tagué , , | 5 commentaires

Museum Celle – Sampler 1826

Deux semaines depuis ma dernière mise à jour sur ce grand projet. Il y a eu quelques jours ”avec” où j’ai bien avancé, mais aussi trop de jours ”sans” où il m’est même arrivé de ne pas toucher à mon aiguille.

Néanmoins, l’avancée est bien tangible. D’ici la fin de la semaine, je peux même avoir réalisé la moitié de l’ouvrage.

.

Le losange coupé que je viens de finir, appelé également ”diamant”, symbolise le principe créateur féminin: la naissance. C’est aussi la représentation vulvaire du symbole de la vie de nombreuses déesses de la fertilité dans l’art populaire de nombreux peuples. Le «diamant féminin» devient le «cœur aimant».

Françoise qui m’avait donné les symboles de ce sampler à retrouvé le nom de la personne à l’origine de ce document. Il s’agit de Sabine Taterra que j’ai contactée et qui m’a indiqué plusieurs liens concernant les samplers Vierlande. A moi maintenant de les lire, traduire, et voir si les informations contenues peuvent concerner ce sampler.

.

.

Comme les fleurs, les enfants poussent à vue d’œil.

Du haut de ses six ans, Clarisse est déjà une grande fille.

.

Augustin est un petit garçon adorable, réfléchi et imaginatif. Il peut être à la fois Spiderman, fée ou dragon, roi des legos et dessinateur d’œuvres alambiquées où le moindre détail a une explication très rationnelle.

.

Quant à Gaspard, ce n’est pas parce qu’il est le plus petit qu’il a moins de caractère que les autres !

.

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , , | 7 commentaires

Museum Celle – Sampler 1826

Pour commencer ce billet, je veux remercier deux personnes ;

. Michèle, mon amie de quinze ans bientôt, qui après mon SOS sur la symbolique de cet ouvrage, s’est lancée dans une enquête à la Sherlock Holmes.

. Françoise, que je ne connais pas, et qui a eu la gentillesse de me donner les éléments qu’elle possédait sur cette broderie. Elle m’a copié l’intégralité de son fichier, mais malheureusement n’a plus les référence de ce texte (auteur).

.

Merci Françoise. Ces éléments sont très précieux. Comme vous les avez laissés en commentaire ici, je me permets de les recopier, en espérant que la personne qui les avait écrites à l’origine se manifeste.

Voilà ce que j’ai retrouvé, mais hélas les motifs ont disparu, je pense que l’on peut les identifier quand même.

Signification des motifs Vierländer

J’aime particulièrement les échantillonneurs de broderie Vierländer.Vierlande est le nom d’un district de l’Elbmarsch avec les communautés Kirchwerder, Altengamme, Neuengamme et Curslack, qui appartient à Hambourg depuis 1868 .


Ils ont un charme extraordinaire en raison de leur structure, leur densité et leur clarté graphique qui les rendent particulièrement modernes. Les symboles utilisés dans les motifs ont tous une signification.


Elfi Connemann, collectionneur et ancien propriétaire / directeur du musée des échantillonneurs à Celle, qui a été fermé à notre grand regret après la prise de contrôle par la ville, s’est particulièrement occupé de l’interprétation des symboles (Un échantillonneur de quatre pays datant de 1826, orné 2/94 )

La rosette – le cercle – est considérée comme un symbole universel de complétude, d’infini, de perfection et est encore utilisée aujourd’hui dans l’alliance, la couronne de mariée, la couronne mortuaire.

La croix – l’axe dans une rosace – représente «l’axe du monde», symbole du christianisme, le salut de l’humanité.

Le losange – il manque le haut d’un carré dans un coin – symbolise le principe créateur féminin: la naissance. C’est aussi la représentation vulvaire du symbole de la vie de nombreuses déesses de la fertilité dans l’art populaire de nombreux peuples. Le «diamant féminin» devient le «cœur aimant».

Le symbole de l’arbre de vie est dans les mythes de différents pays pour:

▫️”l’espace de vie des dieux”. Ses fruits nourrissent les dieux, les rois morts et bénis, et donnent l’immortalité
▫️”La lumière”, parce qu’elle se trouve à la sortie est du monde – là où le soleil se lève
▫️”Bien et mal”; les fruits interdits de ”l’arbre de la connaissance”
▫️ le royaume des morts
▫️ la terre de la vie selon la pensée mythique
▫️ la «mère divine» porteuse de vie et renouveau. Même aujourd’hui, la signification profonde de ce symbole est en nous : pour les nouveau-nés, un arbre est planté, le chêne ou le tilleul constitue le centre du village, la danse de mai, la parure du sapin de Noël, le saule pleureur, l’arbre de la liberté.

Dans de nombreux cas, l’arbre de vie jaillit d’un vase ou d’une urne, parfois d’un cœur, ancien symbole de la Terre nourricière, accompagné d’oiseaux et de cerfs en tant que soleil-animaux.

Différents motifs plus petits ont également leur sens:


▫️ face aux oiseaux – amour
▫️ petits arbres – arbre de vie
▫️ Angel – Totenengel, oiseaux morts.

Je ne sais plus du tout d’où j’ai pu avoir ces informations, que l’auteure veuille bien me pardonner.

Françoise

.

L’aigle à deux têtes représente les armoiries de l’Allemagne en vigueur en 1826

.

🌼 🌸 🌼 🌸 🌼

.

C’est notre troisième printemps dans cette maison, et chaque année, de nouvelles plantations viennent s’ajouter (ou remplacer) à celles des années précédentes.

.

Cette année, Jacques a repiqué des ancolies. J’espère que leur qualité de ”vivaces” les fera résister au gel de l’hiver prochain.

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , | 1 commentaire

Des clochettes pour tout le monde

Quoi ?

What ?

Was ?

On est le 2 mai… et je n’ai pas partagé le muguet du bonheur avec tous ceux qui passent par ici ?

Pour vous tous, ces délicats brins de muguet datant de 1905. Cette carte désuète à traversé plus d’un siècle et sort, pour une fois, de l’album où elle est bien protégée.

.

Dans notre famille, tout le monde a reçu ses petites clochettes du bonheur.

.

Souhaitons que les fleurs ne mentent pas !

.

Catherine

Publié dans | Tagué , | 1 commentaire

Des perles, du bois flotté et de la ficelle

Cet après, c’est bricolage avec Clarisse. Nous allons faire un truc joli et décoratif.

On sort les boîtes de perles, des grosses en verre, en terre ou même en plastique. Il faut aussi de la ficelle et des morceaux de bois flotté. Pour percer le bois, on demande déjà à Papy de s’en charger. Il faut un morceau assez long, et plusieurs petits et moyens.

Une fois que tout est sorti et que les perles sont choisies, y a plus qu’à ! On enfile les perles et le bois au grès de son envie, on fait quelques noeuds où on veut pour espacer un peu les groupes de perles .

Après plus de deux heures, nous avons fini.

Celui de Clarisse
Le mien

.

Les deux décorations sont provisoirement accrochées dans le salon. pendant le repas, Clarisse regardait son ouvrage avec fierté, heureuse de son choix de perles et de leur disposition. Par contre, elle m’a confié dans l’après-midi, alors que j’étais en pleine création, qu’elle avait des doutes sur ma réalisation : trop de rouge !

Clarisse, tu peux être fière de toi ma poupette. Tu pourras accrocher ton ouvrage au mur de ta chambre ou si tu préfères au plafond : tu entendras ainsi les petits morceaux de bois s’entrechoquer doucement au grès des mouvements de l’air. Et peut-être aussi te rappellera-t’il le chouette après-midi que nous venons de partager en papotant ”entre filles”, comme tu dis.

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , | 7 commentaires