Museum Celle – Sampler 1826

Deux semaines depuis ma dernière mise à jour sur ce grand projet. Il y a eu quelques jours ”avec” où j’ai bien avancé, mais aussi trop de jours ”sans” où il m’est même arrivé de ne pas toucher à mon aiguille.

Néanmoins, l’avancée est bien tangible. D’ici la fin de la semaine, je peux même avoir réalisé la moitié de l’ouvrage.

.

Le losange coupé que je viens de finir, appelé également ”diamant”, symbolise le principe créateur féminin: la naissance. C’est aussi la représentation vulvaire du symbole de la vie de nombreuses déesses de la fertilité dans l’art populaire de nombreux peuples. Le «diamant féminin» devient le «cœur aimant».

Françoise qui m’avait donné les symboles de ce sampler à retrouvé le nom de la personne à l’origine de ce document. Il s’agit de Sabine Taterra que j’ai contactée et qui m’a indiqué plusieurs liens concernant les samplers Vierlande. A moi maintenant de les lire, traduire, et voir si les informations contenues peuvent concerner ce sampler.

.

.

Comme les fleurs, les enfants poussent à vue d’œil.

Du haut de ses six ans, Clarisse est déjà une grande fille.

.

Augustin est un petit garçon adorable, réfléchi et imaginatif. Il peut être à la fois Spiderman, fée ou dragon, roi des legos et dessinateur d’œuvres alambiquées où le moindre détail a une explication très rationnelle.

.

Quant à Gaspard, ce n’est pas parce qu’il est le plus petit qu’il a moins de caractère que les autres !

.

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , , | 3 commentaires

Museum Celle – Sampler 1826

Pour commencer ce billet, je veux remercier deux personnes ;

. Michèle, mon amie de quinze ans bientôt, qui après mon SOS sur la symbolique de cet ouvrage, s’est lancée dans une enquête à la Sherlock Holmes.

. Françoise, que je ne connais pas, et qui a eu la gentillesse de me donner les éléments qu’elle possédait sur cette broderie. Elle m’a copié l’intégralité de son fichier, mais malheureusement n’a plus les référence de ce texte (auteur).

.

Merci Françoise. Ces éléments sont très précieux. Comme vous les avez laissés en commentaire ici, je me permets de les recopier, en espérant que la personne qui les avait écrites à l’origine se manifeste.

Voilà ce que j’ai retrouvé, mais hélas les motifs ont disparu, je pense que l’on peut les identifier quand même.

Signification des motifs Vierländer

J’aime particulièrement les échantillonneurs de broderie Vierländer.Vierlande est le nom d’un district de l’Elbmarsch avec les communautés Kirchwerder, Altengamme, Neuengamme et Curslack, qui appartient à Hambourg depuis 1868 .


Ils ont un charme extraordinaire en raison de leur structure, leur densité et leur clarté graphique qui les rendent particulièrement modernes. Les symboles utilisés dans les motifs ont tous une signification.


Elfi Connemann, collectionneur et ancien propriétaire / directeur du musée des échantillonneurs à Celle, qui a été fermé à notre grand regret après la prise de contrôle par la ville, s’est particulièrement occupé de l’interprétation des symboles (Un échantillonneur de quatre pays datant de 1826, orné 2/94 )

La rosette – le cercle – est considérée comme un symbole universel de complétude, d’infini, de perfection et est encore utilisée aujourd’hui dans l’alliance, la couronne de mariée, la couronne mortuaire.

La croix – l’axe dans une rosace – représente «l’axe du monde», symbole du christianisme, le salut de l’humanité.

Le losange – il manque le haut d’un carré dans un coin – symbolise le principe créateur féminin: la naissance. C’est aussi la représentation vulvaire du symbole de la vie de nombreuses déesses de la fertilité dans l’art populaire de nombreux peuples. Le «diamant féminin» devient le «cœur aimant».

Le symbole de l’arbre de vie est dans les mythes de différents pays pour:

▫️”l’espace de vie des dieux”. Ses fruits nourrissent les dieux, les rois morts et bénis, et donnent l’immortalité
▫️”La lumière”, parce qu’elle se trouve à la sortie est du monde – là où le soleil se lève
▫️”Bien et mal”; les fruits interdits de ”l’arbre de la connaissance”
▫️ le royaume des morts
▫️ la terre de la vie selon la pensée mythique
▫️ la «mère divine» porteuse de vie et renouveau. Même aujourd’hui, la signification profonde de ce symbole est en nous : pour les nouveau-nés, un arbre est planté, le chêne ou le tilleul constitue le centre du village, la danse de mai, la parure du sapin de Noël, le saule pleureur, l’arbre de la liberté.

Dans de nombreux cas, l’arbre de vie jaillit d’un vase ou d’une urne, parfois d’un cœur, ancien symbole de la Terre nourricière, accompagné d’oiseaux et de cerfs en tant que soleil-animaux.

Différents motifs plus petits ont également leur sens:


▫️ face aux oiseaux – amour
▫️ petits arbres – arbre de vie
▫️ Angel – Totenengel, oiseaux morts.

Je ne sais plus du tout d’où j’ai pu avoir ces informations, que l’auteure veuille bien me pardonner.

Françoise

.

L’aigle à deux têtes représente les armoiries de l’Allemagne en vigueur en 1826

.

🌼 🌸 🌼 🌸 🌼

.

C’est notre troisième printemps dans cette maison, et chaque année, de nouvelles plantations viennent s’ajouter (ou remplacer) à celles des années précédentes.

.

Cette année, Jacques a repiqué des ancolies. J’espère que leur qualité de ”vivaces” les fera résister au gel de l’hiver prochain.

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , | 1 commentaire

Des clochettes pour tout le monde

Quoi ?

What ?

Was ?

On est le 2 mai… et je n’ai pas partagé le muguet du bonheur avec tous ceux qui passent par ici ?

Pour vous tous, ces délicats brins de muguet datant de 1905. Cette carte désuète à traversé plus d’un siècle et sort, pour une fois, de l’album où elle est bien protégée.

.

Dans notre famille, tout le monde a reçu ses petites clochettes du bonheur.

.

Souhaitons que les fleurs ne mentent pas !

.

Catherine

Publié dans | Tagué , | 1 commentaire

Des perles, du bois flotté et de la ficelle

Cet après, c’est bricolage avec Clarisse. Nous allons faire un truc joli et décoratif.

On sort les boîtes de perles, des grosses en verre, en terre ou même en plastique. Il faut aussi de la ficelle et des morceaux de bois flotté. Pour percer le bois, on demande déjà à Papy de s’en charger. Il faut un morceau assez long, et plusieurs petits et moyens.

Une fois que tout est sorti et que les perles sont choisies, y a plus qu’à ! On enfile les perles et le bois au grès de son envie, on fait quelques noeuds où on veut pour espacer un peu les groupes de perles .

Après plus de deux heures, nous avons fini.

Celui de Clarisse
Le mien

.

Les deux décorations sont provisoirement accrochées dans le salon. pendant le repas, Clarisse regardait son ouvrage avec fierté, heureuse de son choix de perles et de leur disposition. Par contre, elle m’a confié dans l’après-midi, alors que j’étais en pleine création, qu’elle avait des doutes sur ma réalisation : trop de rouge !

Clarisse, tu peux être fière de toi ma poupette. Tu pourras accrocher ton ouvrage au mur de ta chambre ou si tu préfères au plafond : tu entendras ainsi les petits morceaux de bois s’entrechoquer doucement au grès des mouvements de l’air. Et peut-être aussi te rappellera-t’il le chouette après-midi que nous venons de partager en papotant ”entre filles”, comme tu dis.

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , | 7 commentaires

Museum Celle – Sampler 1826

Il y a déjà plus de deux semaines que j’ai ressorti mon Sampler 1826 du carton des abandonnés.

J’ai à la fois l’impression de ne pas avoir beaucoup avancé (je n’ai pas toujours été au mieux de ma forme), et de ne pas avoir vu le temps passer ! Il y a eu Pâques, l’anniversaire de Jacques, et Clarisse est restée chez nous trois jours pendant la première semaine des vacances de printemps.

Et voilà le travail !

.

A l’époque où ce modèle était sorti, j’avais lu pas mal de choses intéressantes sur l’histoire et la symbolique de ce sampler. Par exemple, dans la troisième rosace que je viens de débuter, il y a l’aigle à deux têtes : russe ? Allemand ? Serbe ? J’aimerais retrouver ces explications, et malheureusement je n’en ai vu que sur le blog d’une brodeuse japonaise. Si vous pouviez m’aider…

.

.

Pour visualiser mon avancée, je colorie ma grille chaque jour avec une couleur différente. Ça me permet aussi de bien me repérer, parce que je trouve qu’il n’y a rien de tel que le monochrome pour se tromper.

.

Clarisse était prête à m’aider pour avancer mon ”coloriage”. Il a fallu que je surveille étroitement mes crayons !

Et puis… elle a eu envie de faire de la couture comme Mamie.

Dans mes tiroirs magiques, j’avais rangé il y a bien longtemps une petite pochette Rico Designs contenant des figures en carton perforé à broder. Quelle joie pour Clarisse de pouvoir choisir ses couleurs et faire des croix comme moi !

.

Quand elle est repartie samedi, elle a voulu emporter son lapin et une échevette de coton pour le finir chez elle.

Je ne sais pas si ce petit lapin sera pour Clarisse le début d’une longue histoire d’amour avec la broderie, ou un feu de paille de trois jours seulement.

.

A bientôt !

Et merci pour vos gentils messages ❤

.

Catherine

Publié dans | 6 commentaires

Fleurs des champs, fleurs du jardin

Jeudi après-midi, j’ai découvert que les premières fleurs des champs, souvent à l’origine du rhume des foins, sont déjà sorties.

C’est principalement dans le parc du magnifique château de Pupetières que j’ai pris ces photos.

.

Jacques ralentit, j’ouvre la fenêtre ou la porte de la voiture et clic-clic… la fleur est dans la boîte !

.

Si vous éternuez,

c’est que vous êtes trop près de votre écran !

.

🌷 🌼 🌷 🌼 🌷

.

Cet après-midi, appuyée sur mes béquilles, j’ai pu aller regarder pousser nos fleurs.

Les tulipes poussent de façon anarchique, les plates-bandes ayant été copieusement retournées par les grosses pattes d’une de nos poules qui sautait par dessus la barrière de son enclos. Combien de fois j’ai râlé de la voir tout saccager avant que Jacques ne se résolve à couper quelques plumes de son aile !

De nombreuses pousses sont à peine sorties de terre. Il me tarde de découvrir les nouvelles tulipes dont Jacques a planté les oignons à l’automne.

Notre premier bleuet est ouvert, alors que le petit lilas ne nous offre encore que des boutons. Le genêt bourgeonne, les ancolies sont magnifiques et les petits œillets choisis par Clarisse parfument la terrasse.

Mika et Martine se sont incrustés au milieu des fleurs !

.

L’église d’Oyeu est toujours là, à portée du zoom de mon appareil photo. En pensée, je brûle un cierge pour que l’élection présidentielle ne vire pas au cauchemar. Il reste moins d’une heure à attendre !

.

A bientôt, avec des petites croix…

.

Catherine

Publié dans | Tagué , , | 2 commentaires

Amongst the foxgloves FINI !

Le point arrière autour des digitales, je n’en voyais plus le bout, mais j’y suis arrivée, et j’ai réussi à terminer un ouvrage commencé en 2017 ! Et j’en suis rudement fière 🙂

.

Aussitôt fini, aussitôt encadré : j’avais fait faire le cadre sur mesure quand je l’ai commencé !

.

J’ai ressorti un autre ouvrage à finir de mon carton géant. Là, il y a encore du boulot. C’est un sampler que j’ai commencé en 2008, pendant ma première décennie de point de croix.


.

A cette époque, je fréquentais régulièrement un forum de brodeuses élégantes, et je me laissais embarquer dans des projets chics. Je me souviens avoir payé ce kit une petite fortune (de mémoire soixante Euros), et je ne sais pas si je serais à nouveau tentée aujourd’hui. En plus, en farfouillant sur le net pour avoir des renseignements sur cet ouvrage, j’ai vu des prix entre quinze et vingt-cinq Euros. Le modèle a mal vieilli !

Voilà où j’en étais quand je l’ai délaissé pour une autre broderie. D’après la date, il se pourrait bien que ce soit pour les 100 Enfants.

.

.

Sinon, la vie suit son cours, toujours dans les douleurs. Dimanche, on arrête la cortisone pour un autre traitement, cortisone qui a cessé de faire de l’effet depuis que je suis descendue à deux comprimés par jour. Mais il faut continuer la réduction sur quelques jours avant d’attaquer autre chose. Fait pas bon vieillir.

Je passe mes journées à végéter auprès de mes deux compagnons de douleur : Jacques qui en a parfois souvent marre (et je m’en rends compte) ; Mika qui n’en a jamais marre et avec qui je partage mon canapé pendant de longues heures.

.

A travers les portes-fenêtres, je profite des zoziaux qui ont été désorientés par les trois jours de neige -de grosse neige- de la semaine dernière. D’ici peu, ils n’auront plus besoin de nous pour manger et nourrir les oisillons qui naîtront.

.

Quand je vais un peu mieux, je sors prendre l’air sur mon banc, mon fidèle Mika toujours dans mes jambes.

Je suis trop contente de voir que notre magnolia va nous donner au moins une deuxième fleur. C’est deux fois mieux que l’an dernier 😉

.


Les autres fleurs ont souffert. Je ne sais pas si nos tulipes naines vont survivre à la neige. Le pire, c’est qu’on nous annonce encore deux nuits de gel pour le week-end. Quand je vivais en appartement, je n’en avais rien à faire de la température de la nuit.

Allez, encore des zoziaux…

.

Notre week-end va être calme : nous n’avons pas Clarisse cette semaine. Une fois de plus, elle est cas contact Covid19. Du coup, Véronique sera en télétravail demain matin.

Alors, je soignerai subirai tranquillement mes douleurs, entre broderie, tablette et télévision, en attendant des jours meilleurs.

.

A bientôt !

Fin de journée

Catherine

Publié dans | Tagué , , , , , | 5 commentaires

Dimanche on vote : professions de foi

Ce dimanche, dans cinq jours, ce sera le premier tour de l’élection présidentielle pour nous.

Un conflit entre la direction de La Poste et ses syndicats fait que certains français ne recevront pas l’enveloppe contenant les professions de foi des douze candidats. C’est mon cas… à ce jour.

Heureusement, Cyrille a reçu les siennes et m’en a envoyé des photos.

.

Merci Cyrille,

grâce à toi je vais pouvoir faire un choix avisé !

.

🦊 🦊 🦊

.

Avec le mauvais temps du week-end, j’ai pu avancer mon ouvrage. Il ne me reste plus que les points arrières à broder pour mettre en relief les moustaches et le panache du renard, et les détails des digitales.

.

Alors Mika, t’en penses quoi de tout ça ?

.

A bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , , | 4 commentaires

Poisson d’avril

Ce matin, il fallait trier les nouvelles entre la triste réalité et les poissons d’avril. Malheureusement, la guerre gronde toujours en Ukraine, et le Covid-19 renaît de ses centres. Soyons rassurés : pour l’instant les pâtes ne sont pas encore rationnées, et le département des Côtes-d’Armor ne changera pas de numéro.

Cette année, le plus beau poisson nous a été fait par la météo. Alors que nous commencions à vraiment apprécier une nature en pleine explosion, poof… revoilà la neige ! Re-poof, qu’est-ce que c’est beau ! Re-re-poof, pourvu que les gelées nocturnes qui accompagnent cet épisode neigeux ne viennent pas griller les fleurs des arbres fruitiers !

.

C’est un temps à rester bien au chaud en brodant cet ouvrage que j’avais commencé (et abandonné) en 2017.

.

Je l’ai ressorti de mon carton d’en-cours il y a une dizaine de jours. Belle avancée, non ?

.

C’est un modèle de Bothy Threads, adapté d’une gravure de Hannah Dale. J’aime beaucoup à la folie ses créations, et dans mes provisions, il me reste à faire (de mémoire) : le paon, la cane et ses canetons, la poule, un lapin, un paresseux, les flamants roses. J’en oublie sûrement.

Les koalas brodés il y a deux ans font partie de la même collection.

..

Bon week-end et à bientôt !

Catherine

Publié dans | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Soupir…

De découragement, de douleur, d’inconfort… La douleur ça fait mal !

Ce n’est pas vital… ouf, mais quand on a mal comme ça sans cesse, qu’on perd sa mobilité et son autonomie, la douleur donnerait envie d’en finir. En plus, c’est rare que ça passe tout seul ! Il faut toujours finir par consulter. J’ai mis trois semaines pour y aller. Je suis ressortie de chez le médecin avec une ordonnance longue comme le bras, et surtout le pire des médicaments que je connaisse : la cortisone. A deux comprimés, je suis une pile électrique. Le médecin m’en a prescrit cinq d’un coup ! Certes, j’ai moins mal aujourd’hui, mais qu’est-ce que je suis mal dans ma peau.

Point positif, j’ai pu presque sans difficulté aller dire bonjour à mon jardin qui respire enfin le printemps.

Maman Hérisson promène son bébé au milieu des primevères que nous avions prélevées dans les champs et repiquées dans le jardin au printemps dernier.
Je surveille avec angoisse les bourgeons du magnolia. Et si le gel venait les griller comme en avril dernier ? Dans les villages voisins, les magnolias sont déjà en fleurs.
Alors là, c’est un vrai signe qu’il fait bon. Le lézard vient se chauffer les côtelettes juste sous mon nez. Même pas peur ! Il doit avoir senti qu’il ne risque rien avec moi, vu que je marche à la vitesse d’un escargot.

.

Les chouchoutes de mon jardin sont les tulipes éclatantes. Elles ont remplacé les hellébores devenues moches avec le temps. Chacun son tour de resplendir !

.

.

Dimanche, j’ai terminé le joli modèle que Paulette m’avait offert il y a onze ans. Je n’étais pas peu fière de moi, et quand Christelle de  Fil’anthrope a posté un petit mot sur mon Instagram, alors là, je bichais comme un pou !

.

Depuis, j’ai ressorti un ouvrage à finir. Pas un grand. Je n’ai pas besoin de découragement en ce moment. Et puis je ne suis pas très mobile, et broder un ouvrage monumental, c’est du sport !

Je serais vraiment contente si j’arrivais à finir quelques joli modèles que j’ai commencés.

Voilà, c’est tout ! Je ne sais pas si c’est le traitement qui commence son effet, ou si c’est d’avoir trié quelques photos, mais ça va déjà un peu mieux !

A bientôt,

Catherine

Publié dans | Tagué , , , , | 6 commentaires