Doux printemps

Quelle belle journée de magnifique printemps nous venons d’avoir !

.

.

Elle n’a pas commencé de la façon que je préfère, puisqu’une infirmière est venue quasiment au petit matin pour un prélèvement. Le petit matin ici, c’est avant neuf heures ; heureusement, elle avait une vingtaine de minutes de retard.

« Qui voit ses veines voit ses peines ! » Mais, qui n’a pas de veines n’a pas de veine. C’est chaque fois le même cinéma. On me met le garrot en haut du bras, on tapote, on cherche, il y en a une, zut elle roule, on descend le garrot au niveau du poignet, serrez la main, on tapote, on cherche, respirez je pique, loupé ! On change de bras et on finit toujours par y arriver, toujours en riant.

Ces infirmières qui m’accompagnent quotidiennement depuis maintenant seize jours sont toutes plus sympathiques l’une que l’autre. Leur passage à la maison s’est toujours fait dans la bienveillance et la bonne humeur, même s’il y a souvent eu des moments d’angoisse et de découragement.

Je ne suis pas médecin , mais il me semble que les résultats que jai reçus par mail ce soir sont plutôt bons. Et si c’était la fin de cette histoire ?

.

🧴💊💉

.

Évidemment, même si je me réjouis, je reste effarée devant les bilans au niveau de la planète. Tant de malades, tant de victimes, tant de malheur… et nous sommes toujours dans le questionnement sur trop de paramètres pour voir l’avenir sereinement.

Pendant ce temps, la terre se repose. Une bonne partie de l’humanité vit confinée, le monde industriel est en veilleuse et les voitures doivent rester au garage. Du coup, les étoiles brillent la nuit, les oiseaux chantent dans les villes, des animaux sauvages se promènent dans les rues vides d’humains.

Cet après-midi, assise sur le banc devant la maison, je profitais du silence et du soleil. Pratiquement plus de voitures sur la route qui passe devant chez nous, mais quel bonheur ! Et tout à coup…

Il y a dix-huit mois que nous sommes ici et je n’avais jamais entendu chanter le coq des voisins à une centaine de mètres de chez nous !

Je laisse les bourdons bleus bourdonner et les lézards lézarder pour retrouver mon canapé.

.

C’était le dix-huitième jour de confinement en France.

.

A bientôt,

Catherine

Cet article, publié dans , est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Doux printemps

  1. mamily dit :

    De bonnes nouvelles, tu vas aller de mieux en mieux, il te faudra encore de la patience car la fatigue sera là, mais le soleil, la nature qui s’éveille, bientôt ta petite Clarisse te sautera dans les bras…
    Quant aux veines, je suis pareille, les 2 bras y passent et les bleus à l’avenant.
    Joli hérisson en bonne compagnie…
    Bonne nuit, garde ton sourire et ton rire, je t’embrasse.

    J'aime

  2. MissParker dit :

    Une très bonne nouvelle !
    Courage pour la suite et… la fin de cette histoire 🙂
    Doux dimanche ensoleillé

    J'aime

  3. Piroshka dit :

    Bonne nouvelle ! tu vas mieux !
    Bon il faut espérer que cela servira de leçon cette pandémie …..mais vivement que cela finisse Tu sais je suis toute seule ,,,,,

    J'aime

Un petit mot ? Merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s